Contrats Département- Communes -Pour une exigence d’équité et de transparence pour les villes et les habitants du 92 !

Sans aucun travail préalable avec l’ensemble des groupes politiquesP. DEVEDJIAN et sa majorité ont engagé une politique expérimentale de contractualisation avec des communes afin de privilégier certains projets « qui méritent d’être dopés et qui s’inscrivent de façon cohérente dans la politique d’aménagement du territoire ».

Bien loin des lamentables marécages politiciens des élus de droite du département, les conseillers généraux communistes et citoyens porteront, le 29 juin, les préoccupations des habitants et salariés du 92.

Lors de la séance publique du conseil général du 29 juin, ils interviendront auprès du Préfet des Hauts-de-Seine - qui rendra compte de l’activité des services de l’Etat - pour demander quelles mesures vont être prises pour réparer 5 années de dégâts de la politique de N. Sarkozy dans les domaines de l’enseignement, du logement, de l’emploi, de la culture. Ils l’interrogeront sur l’avenir de la Défense qui doit être solidaire des territoires qui l’entourent.

Roberto Cristofoli | 29.04.2011, 07h00Le parisien du 30 avril 2011

La séance d’aujourd’hui risque d’être agitée sur au moins un thème. Parmi les élus d’opposition, des communistes aux divers droite, le nouveau logo et les dépenses qu’il engendre ne trouvent grâce aux yeux de personne. « Je suis choqué qu’on dépense pour ça à un moment où, paraît-il, on cherche à faire des économies, avance Arnaud de Courson (DVD), élu de Levallois-Sud, qui rappelle au passage avoir voté pour à la présidence de l’assemblée départementale.


hauts-de-seine par leclerc

Séance du conseil général des Hauts-de-Seine du 31 mars 2011.

Avant cette date: Jean Sarkozy, Philippe Pemezec, Solère, Fromantin, disaient pis que pendre de Patrick Devedjian. Tout le monde annonçait des candidatures concurrentes. Le jour du vote pour la présidence : tout le monde se couche !

Patrice leclerc ironise en pleine séance sur l'attitude des élus de droite en brandissant une affiche "si je me tais, j'ai une vice présidence moi aussi ?"