Conseil municipal du mercredi 1er février 2017 - Vœu présenté par Monsieur le Maire

Vœu pour dénoncer les pertes de financement suite à la décision de Valérie PECRESSE, Présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, de baisser de 40 millions d’euros le financement régional du logement social en un an.

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, a décidé de baisser de 40 millions d’euros le financement régional du logement social en un an. Cela reviendra à supprimer le soutien régional à la construction de logements sociaux dans les 131 communes de la Métropole du Grand Paris. Avec cette décision, l’OPH de Gennevilliers perd 2 222 000 € de subventions de la Région qui contribueraient à la réalisation de 735 logements.

Valérie Pécresse prend prétexte de l’acquisition de la compétence logement par la Métropole du Grand Paris à la fin de l’année 2017, pour justifier un tel désengagement. Cette décision instrumentalise la question du logement social dans la bataille politique interne à la droite qu’elle mène contre la Métropole et son président. L’intérêt général est sacrifié.

Elle s’inscrit par ailleurs dans le contexte général de réduction de la dépense publique qui intervient au détriment de l’intérêt de la population francilienne.

Au lieu de favoriser la construction, cette mesure freinera les villes qui veulent bâtir. Cette décision est grave. Les jeunes qui décohabitent ont besoin d’un toit et ils vont être chassés de nos villes.

Gennevilliers a un plan de construction, validé par l’Etat, de 600 logements par an, avec 50 % d’accession et 50 % de logements sociaux. Sans subvention, la Ville pourrait se trouver gênée. Surtout que le département des Hauts-de-Seine limite aussi ses subventions. L’OPH de Gennevilliers attend 2 259 000 € de subventions du Département pour réaliser ces mêmes 735 logements.

Cette décision ne peut qu’aggraver la pénurie de logements et forcément faire augmenter les prix dans le privé.

Cette politique contre le logement social va être lourde de conséquences pour les conditions de vie de la population d’Ile-de-France. L’urgence est pourtant ailleurs. Il est grand temps que des logements sociaux soient construits dans toutes les villes de notre Métropole et de notre Région pour répondre aux besoins. L’Etat, de son côté, doit augmenter l’aide à la pierre et être plus coercitif pour les villes qui ont moins de 25% de logements sociaux.

C’est en ce sens que le Conseil Municipal demande à Valérie PECRESSE, Présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, de renoncer à baisser le financement régional du logement social.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir