L’arrestation, mercredi matin, de Salah Hamouri, alors qui venait d'obtenir son diplôme d'avocat, suscite l'indignation. Une enquête est menée pour « appartenance à une organisation ennemie ». Le but réel: lui faire quitter la Palestine. Le PCF condamne les agissements du gouvernement israélien. Les députés et sénateurs communistes interpellent le président de la République. L’Association France Palestine Solidarité appelle à laisser des messages sur le site du consulat général de France à Jérusalem.


Salah Hamouri a été arrêté ce mercredi au petit matin. Plusieurs véhicules de l’armée israélienne se sont positionnés devant son domicile de Jérusalem-est occupé, puis les soldats ont pénétré chez le jeune homme qui vient d’obtenir son diplôme d’avocat à l’université de Bir Zeit, en Cisjordanie. En début d’après-midi, les défenseurs de Salah Hamouri n’avaient toujours pas reçu d’explications ni de motifs à cette arrestation qui apparaît, dès lors, comme totalement arbitraire.
Il a été présenté mercredi après-midi devant un juge qui a décidé de le maintenir en détention pendant cinq jours, c’est à dire jusqu’à dimanche, officiellement le temps de l’enquête. Une enquête qui concernerait son appartenance à une « organisation ennemie », selon certains médias arabes qui citent également l’un des avocats de Salah. Celui-ci évoque une volonté des autorités israéliennes de voir Salah Hamouri quitter définitivement la Palestine.
Salah Hamouri a déjà passé sept ans les geôles israéliennes, accusé d’avoir voulu assassiner le rabbin Ovadia Yosef, fondateur du parti religieux Shass, grand défenseur de l’occupation et de la colonisation, aujourd’hui décédé. La « justice militaire » israélienne l’a condamné après un affreux chantage. Soit il reconnaissait la tentative d’assassinat et il écopait de sept ans de prison, soit il continuait à nier et alors il passerait 14 ans derrière les barreaux!
Malgré cela, Salah Hamouri continue à être harcelé par les autorités israéliennes qui, régulièrement, lui interdisent de se rendre en Cisjordanie. Son épouse, Elsa, et son bébé, ont été refoulés à l’aéroport de Tel Aviv et ne peuvent vivre avec lui. Comme si ce n’était pas suffisant, l’occupant israélien vient donc d’arrêter à nouveau Salah Hamouri, Palestinien qui est également citoyen français.
Sénateur de Paris et secrétaire national du PCF, Pierre Laurent a écrit au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, afin qu’il exige des autorités israéliennes la libération immédiate de Salah Hamouri. Les députés communistes, Jean-Paul Lecoq (Seine-Maritime) et André Bruneel (Nord) ont, chacun de leur côté, interpelé le président de la République afin « d’œuvrer dès aujourd’hui, au nom de la France » pour la libération de Salah. Pour sa part, le PCF « condamne encore une fois les agissements du gouvernement israélien qui bafoue le droit international et les conventions de Genève. »

Dès l’annonce de l’arrestation de Salah Hamouri, des milliers de personnes ont réagi sur les réseaux sociaux. L’Association France-Palestine solidarité (AFPS), a publié le communiqué suivant: « L'arrestation de notre concitoyen - dont le seul crime est de résister à l’occupation et à la colonisation - est inadmissible et insupportable. Notre mobilisation doit être immédiate et massive. Les autorités françaises ne doivent pas laisser passer une telle infamie ».
L’AFPS appelle à laisser des messages sur le site du consulat général de France à Jérusalem en suivant ce lien: https://jerusalem.consulfrance.org/Contactez-nous-par-mail et au Ministère français des Affaires étrangères à l’adresse suivante
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-e..., en remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger », ainsi qu'à la présidence de la République: http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

 

grand reporter à l'Humanité
 
 

Le tribunal d’occupation réuni ce jour à Jérusalem a rendu sa décision. Non content de lui avoir volé sept années de sa liberté, de l’avoir harcelé une fois sorti de prison, de l’avoir séparé de sa famille, l’occupation s’acharne. Salah Hamouri est placé en détention administrative pour une durée initiale de 6 mois. Il rejoint les 450 autres détenus administratifs palestiniens dans les geôles de l’occupant. La détention administrative est utilisée par l’occupant pour tenter de briser la volonté de toutes les personnes qui s’opposent à lui, de façon totalement arbitraire, sans charge ni jugement. Plus que jamais, nous devons nous amplifier la mobilisation et interpeler les autorités françaises pour qu’elles obtiennent la libération de notre concitoyen. 
Mille mercis à toutes et tous pour votre soutien. Le combat continue. 

🇵🇸 Huge thanks to all the friends in Palestine and abroad for your endless support and special thanks to all Addameer Prisoner Support & Human Rights Association staff for everything. The struggles continues.

#FreeSalahHamouri #StopAD

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir