Intervention de Patrice Leclerc, Maire de Gennevilliers, le 15 mars 2018

Mesdames, Messieurs,

Merci d'avoir répondu à l'appel des parents et habitants des Agnettes et des Grésillons pour dire ensemble Stop à la violence.

Je vais faire exactement le même discours aux Agnettes et aux Grésillons ce soir.

Parents, adultes et jeunes des quartiers de Gennevilliers, nous devons affirmer nos solidarités plutôt que des divisions. Nous sommes les mêmes, nous avons les mêmes difficultés, les mêmes joies, les mêmes attentions pour nos enfants.

Nous ne pouvons accepter que la peur des parents comme des jeunes dominent notre vie. Nous ne pouvons accepter que nos enfants, les jeunes de Gennevilliers, aient peur de l'autre, peur d'aller dans tel ou tel quartier.

Parce que si on regarde bien, personne ne gagne à cette guerre de quartier : les jeunes des Agnettes ont peur, les jeunes des Grésillons ont peur ! Et ils ont malheureusement raison d'avoir peur car la violence génère toujours plus de violence.

Pensons à ces deux jeunes qui se sont fait très gravement mutilés. Pensons à leurs parents, leurs frères et sœur et leurs familles.

Des Agnettes ou des Grésillons, c'est une même douleur. Un même sentiment d'injustice, sentiment de monstrueux gâchis. C'est aussi une grande douleur pour les parents des agresseurs qui voient leurs enfants démarrer leur jeunesse en prison.

Ce samedi, les parents des Agnettes comme des Grésillons ont affirmé : " Nous, parents, avons une responsabilité et nous sommes tous Gennevillois. Parlons-nous, agissons ensemble pour faire cesser ces violences imbéciles et potentiellement meurtrières. "

Les parents des jeunes qui ont été gravement touchés demandent à la justice de faire son travail et demandent aux jeunes, aux autres familles, à la Ville d'agir pour arrêter ce cycle de violences. Le calme doit être rétabli entre tous les quartiers de la ville.

Pour sa part la ville a demandé une réunion avec Madame la procureure de la République pour examiner avec elle, comment améliorer la réponse de la justice à ces faits.

Des forces de police sont mobilisée par la Préfecture sur la ville pour arrêter toute tentative de bagarre.

Nous mobilisons nos équipes de médiations, équipes jeunesses et pré ado pour contribuer à apaiser la situation.

Nous mettons en place un groupe de travail dans la durée pour continuer à améliorer les actions de prévention sur la ville. Je vous invite mardi prochain à 18h en mairie pour mettre en place ces réflexions.

Nous savons toutes et tous, qu'il ne suffit pas de travailler sur des mesures et actions nouvelle, et que si notre rassemblement va compter, il ne règlera pas tout le problème.

C'est pourquoi j'en appelle aussi aux jeunes eux-mêmes, aux parents de tous les quartiers, à leur intervention et manifestation pour faire prévaloir leur refus de la violence.

Merci


Commentaires   

#1 Gayed 23-03-2018 15:36
Malheureusement la violence ne s'arrêtera jamais les parents ne sont pas respecté par leurs enfants et ne les surveille pas non plus. La plupart des jeunes pensent que si ils veulent de l'argent c'est en traficant la drogue rapporte mieux qu'un travail donc pourquoi pas et comment beaucoup le savent ça rapporte aussi au adulte corrompu car ils leurs offrent l'équivalent d'un salaire pour fermer les yeux surtout depuis l'ouverture des frontières on trouve des armes venant de Belgique et autres pays donc non la violence ne s'arrêtera jamais ils sont prêt à tout pour défendre leurs territoires on devient comme New-York ou des bandes s'entretus !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir