Métropole du Grand Paris

La position du Groupe Front de Gauche et citoyen-nes sur la Métropole du Grand Paris

Métropole du Grand Paris
Le groupe a validé ce texte dans la configuration: et si on nous demandait de réfléchir à une nouvelle loi ? Position du Groupe Front de Gauche et Citoyen-nes pour changer la Métropole du Grand Paris Le Fait Métropolitain ? Le Grand Paris existe, comme zone urbaine dense, par sa concentration de fonctions de commandement dans ... Lire plus

Voeu de la Métropole sur les produits phytosanitaires.

Métropole du Grand Paris
Intervention de Patrice Leclerc sur le Vœu pour la réduction de l’usage des produits phytosanitaires de synthèse Monsieur le Président, Cher-es collègues,  Le groupe Front de gauche et citoyen-nes votera ce vœu. Il est important que nous nous prononcions unanimement pour que le gouvernement change le cadre réglementaire puisque que le Conseil d’Etat a annulé ... Lire plus
ruedusquare

Voeu adopté à la Métropole : Pour un plan de relance de la construction de logements

LogementMétropole du Grand Paris
Intervention de Patrice Leclerc pour présenter le vœu sur un plan de relance sur le logement Monsieur le Président, Cher collègue, C’était improbable, mais la situation est tellement catastrophique en termes de construction de logements que le vœu que le groupe Front de gauche et citoyen-nes propose à votre vote, raisonne avec une alerte des ... Lire plus

ZFE, le voeu adopté à l’unanimité par le Conseil de la Métropole du Grand Paris

Métropole du Grand Paris
Conseil Métropolitain du 1er Décembre 2020 Vœu présenté par le groupe Front de Gauche et Citoyen-nes La Zone à Faible Émission vise à progressivement interdire de circulation dans le périmètre intra A86, les véhicules les plus anciens et les plus polluants pour répondre à l’urgence environnementale et en matière de santé publique, que pose la ... Lire plus

Pour une métropole du Grand Paris utile aux gens

Métropole du Grand Paris
Intervention de Patrice Leclerc, Président du groupe Front de gauche et citoyennes, lors du conseil Métropolitain du 20 juillet 2020 Monsieur le Président, cher-es collègues, Évidemment, la répartition des vices-présidences, dans une situation de gestion partagée, est source de tension. Surtout après, la première séance avec la recherche par tous nos groupes politiques de la ... Lire plus

Résolution générale 97ème Congrès des maires et présidents de communautés de France

Métropole du Grand Paris

Le 97ème congrès des maires et des présidents de communautés de France s'achève.

Pour un certain nombre, ce congrès est le premier car on compte près de 40% de nouveaux élus. Le début d'un mandat c'est, après la tension de l'élection, la découverte des responsabilités qui pèsent sur les épaules des élus, que l'on soit maire d'un village ou d'une grande ville, en métropole ou en outre-mer. Alors que la gestion des collectivités locales est critiquée car soi-disant trop dépensière et peu soucieuse de l'intérêt général, il nous semble essentiel de valoriser la fonction de maire qui s'apparente à un véritable sacerdoce.
Ces 4 jours de débat ont été empreints de gravité à cause de la profondeur de la crise et des dangers qui pèsent sur la place des communes et de leurs outils intercommunaux dans la future organisation territoriale.

Un courrier à François Hollande, Président de la Président de la République

Métropole du Grand Paris

J'ai co-signé le courrier ci-dessous à François Hollande:


Monsieur le Président de la République,


Le 22 octobre 2012, l’État et les départements signaient une déclaration commune garantissant, à compter de 2014, la mise en place de ressources pérennes et suffisantes pour les départements, afin de faire face au financement des allocations individuelles de solidarité dont la loi leur confie la charge.

Or, à la veille du vote des budgets départementaux, la traduction des annonces financières de l’État dans le cadre du « pacte de confiance » demeure incertaine.
Plus grave encore, le projet de loi de finances ne s’oriente pas vers la définition de ressources « pérennes et suffisantes ». En effet, le transfert du produit des frais de gestion de la taxe sur le foncier bâti et la hausse pour deux années du taux plafond des droits de mutation ne couvriront pas le tiers du reste à charge annuel pour les seules allocations de solidarité, évalué à près de 6 milliards d’euros. En tout état de cause, nous ne pouvons nous satisfaire des hausses de taux des droits de mutation.

Depuis 2004, le transfert des compétences de l’État vers les Départements n’a pas été compensé à l’euro près. En 2012, la charge nette des Départements au titre de l’ensemble des dépenses sociales a progressé de 4,4 % pour atteindre 24,7 milliards d’euros.